Le blog d'ARC

Le digital à tout prix ?

Entretien avec Christophe Mollier, directeur des opérations ARC

 

Comment analysez-vous l’engouement des entreprises autour du digital ?

Le digital est présent dans nos dispositifs de formation sur mesure depuis un certain nombre d’années maintenant. Il est clair que le digital est un véritable levier pour réaliser des économies sur les budgets formation. Les technologies évoluent et les apprenants d’hier sont bien différents de ceux d’aujourd’hui ; ils souhaitent de plus en plus bénéficier de parcours individualisés et pertinents. Il faut donc rester en veille en permanence et innover en proposant des solutions pédagogiques dans l’air du temps… c’est notre job ! Mais attention, le digital est UNE solution, et non LA solution !

 

Qu’entendez-vous par là ?

Ces derniers temps, c’est la surenchère des nouveaux outils. Les entreprises sont très sollicitées par des offres alléchantes d’outils digitaux très attractifs.
Je suis toujours assez prudent car ce ne sont que des moyens (souvent d’ailleurs purement techniques) ; mais sont-ils toujours construits dans une logique apprenante ? Est-ce toujours efficace sur le plan pédagogique ? Le digital doit véritablement s’inscrire dans le cadre d’une offre blended combinant judicieusement différentes modalités d’apprentissage telles que le présentiel, l’accompagnement terrain par le manager, le partage entre pairs, etc.

 

Vous distinguez donc digital et pédagogie ?

Clairement, OUI. Le digital doit être au service de la pédagogie et non l’inverse. Nous devons garder en tête en permanence l’objectif à atteindre. La vraie question est-elle de se satisfaire d’un bon taux de connexion à un module e-learning par exemple, ou bien est-elle de s’assurer de la parfaite acquisition d’une nouvelle compétence éprouvée sur le terrain ?
Notre priorité, vous l’avez bien compris, est bel et bien de centrer nos réflexions autour de l’apprenant lui-même. Nous devons lui proposer des dispositifs habilement dosés d’ingrédients variés (digitaux ou pas d’ailleurs !), en étant vigilants à intégrer des messages savamment travaillés, suscitant la réflexion et le passage à l’action, plutôt que de lui proposer des contenus de masse standardisés qui ont une efficacité toute relative.